Blog

Concurrence

Micro-entreprise : gérer la concurrence

Aujourd'hui je voulais vous parler du problème (ou pas) de la concurrence. Tout entrepreneur y est confronté, plus ou moins selon le secteur d'activité. Parfois, il y a beaucoup de monde ! Cela, doit-il vous empêcher d'avoir votre place ? 

J'estime être assez bien placée pour en parler, j'ai choisi un domaine d'activité très concurrentiel. Il y a des tonnes de graphistes freelance et les rédacteurs web fleurissent en masse ces derniers mois… De plus, mon ancienne activité salariée jouait aussi de concurrence féroce, je travaillais au contrat, en rivalité avec les collègues. En gros, j'ai appris à travailler avec, à passer de la préoccupation à l'ignorance. 

 

Ayez confiance en vous ! 

Lorsqu'on démarre, on a toujours l'impression d'être moins bien que les autres. Bien sûr, vous allez devoir faire votre place, soyons clair, vous aurez toujours un ou plusieurs collègues à proximité. 

 

Peut-être ont-ils des années d'expérience, plus ou moins de diplômes, une belle renommée. Il ne faut pas que ce tableau vous effraie. Pour commencer, on ne peut pas plaire à tout le monde… Donc vous aurez toujours une place, là où vos concurrents ne feront pas mouche. Mais aussi parce que vous n'avez sans doute pas exactement le même profil et le même persona (vous devriez à ce sujet consulter mon article Polyvalence ou spécialisation ?).

 

Le style, l'originalité, la complémentarité, le service, mais aussi le tarif vous permettront de trouver votre voie et votre clientèle. Plutôt que de craindre la concurrence, et que cela ne constitue un frein psychologique, utilisez la pour développer votre activité propre

Croire en soi

 

Ignorez et détournez la concurrence agressive

J'ai utilisé ce mot particulièrement fort, mais rassurez vous normalement vos concurrents ne vont pas débarquer chez vous pour en découdre physiquement… Non, la concurrence agressive, c'est celle qui se fait un plaisir de démonter tout ceux qui essayent de s'intégrer son secteur, pensant ainsi récupérer la clientèle.

 

Comment ? En retirant vos petites affiches chez les commerçants, en dispensant de faux avis négatifs, en critiquant votre travail… Bref, tout ce qui peut nuire à l'acquisition de nouveaux clients, et donc à la pérennité de votre entreprise ! 

 

Si la concurrence "méchante" est active sur le terrain au quotidien, elle est aussi très active sur les réseaux sociaux. Parfois franche et directe, elle s'avère souvent plus subtile pour déjouer les modérations. Vous voyez de quoi je parle ? Les collègues qui critiquent systématiquement vos publications, qui suivent tous vos liens pour faire remonter la moindre faille… Mais aussi qui reproduisent ce processus, lorsque vous répondez à un éventuel client, en profitant pour se positionner eux-mêmes sur l'offre, qu'ils n'auraient peut-être même pas vue sans vous ! 

 

Croyez-moi, je sais de quoi je parle, le graphisme est la proie facile pour ce genre de rivalité. La création artistique est tellement subjective que les avis divergent constamment, j'en parle dans mon article Recherche un travail de qualité à bon prix…  Sans même parler des débutants, les grands professionnels, avec des années d'expérience se crêpent le chignon sur la toile, c'est si consternant que l'ignorance est la meilleure des réponses… 

 

Il ne faut pas vous laisser perturber par ce genre d'adversaires, ce serait servir leur cause. Bien sûr, c'est désolant de découvrir que quelqu'un arrache vos flyers juste après votre passage, ou nuit à votre e-réputation mais sachez y faire face et adoptez la bonne stratégie. La méchanceté paye rarement à long terme, les clients ne sont pas dupes et ont tôt fait de s'apercevoir de la nature propre des personnes. Celui qui pratique la concurrence agressive, a sans doute d'autres artifices dans sa besace, pour tenter d'acquérir le pouvoir et la richesse… 

 

Plutôt que d'adopter une politique de contre-attaque, aidez juste la clientèle à faire le tri, et poursuivez vos efforts sur la communication et la qualité de votre travail. Strategie concurrence

Ne gâchez plus votre argent à placer des cartes de visite, là ou vous savez qu'elles sont retirées. Par contre à la place, vous pouvez y​ placer une affiche dans ce style : "Toi qui lâchement dégrades mes supports de communication, en espérant appâter les clients avec ta seule publicité… Saches que les gens ne sont pas stupides, de tes actes transpire ta personnalité. Bon courage pour la suite et sans rancune collègue !". Adoptez un ton cordial, voire humoristique, et des couleurs qui attire l'œil. Le public remarquera sans aucun doute ce format atypique… Et aura vite fait de comprendre. Et oui puisque le concurrent retire la pub des autres, il ne reste forcément que la sienne sur le panneau d'affichage, juste à côté de votre petit message ! Subtil n'est ce pas ? 

Sur les réseaux, plusieurs solutions s'offrent à vous. Ignorer, c'est incontestablement le moins chronophage, car soyons clair, la concurrence agressive à toujours existé et elle existera toujours. Donc vous n'en viendrez jamais à bout ! Répondre en essayant d'argumenter ne serait qu'ouvrir le fil à une longue discussion conflictuelle et sans fin. Cette attitude donne une très mauvaise image et vous rangerait incontestablement dans la même catégorie que votre détracteur. Pire, vous risqueriez même de subir les foudres des modérateurs, jusqu'à être banni des groupes Facebook, ou voir votre compte supprimé sur Instagram ou Twitter. 

Utilisez un commentaire unique et bienveillant (yes, j'ai réussi à placer ce mot super à la mode que je déteste !). Faites donc un peu d'éducation positive (et de deux !) dans le genre… :" je vous remercie de votre charmante appréciation (le mec vient clairement de dire que votre travail, c'est de la merde), je travaille dur pour atteindre votre ultime perfection !". Concision des termes pour un sous-entendu cinglant. Suite à ça ne répondez plus, vous n'aurez sans doute aucun retour, peut-être même que certains lecteurs prendront votre défense et la c'est tout gagné ! 

Je pense que vous avez saisi la démarche, ne tombez pas dans ce piège que vous tend le rival. Gardez votre sang-froid, votre courtoisie et surtout votre temps pour travailler. 

 

Concurrence positive : s'entraider pour avancer ensemble ! 

Voilà quelque chose de rare et d'autant plus précieux. Réussir à s'entendre avec la concurrence pour que chacun en tire les bénéfices. Accorder son offre et sa grille tarifaire, pour viser la complémentarité plutôt que la rivalité. Avoir un ou plusieurs partenaires dans un secteur d'activité, c'est s'assurer la sécurité d'un réseau professionnel sûr et prolifique. Un client cherche une compétence spécifique que vous ne maîtrisez pas ? Conseillez-lui votre collègue, à lui de faire pareil en retour, quand l'occasion se présentera ! 

 

Restons lucide, cette harmonie équitable sera difficile à obtenir. L'humain à une tendance naturelle à toujours vouloir plus et tout de suite. Pourtant bien souvent, savoir partager et patienter, c'est recevoir à long terme tous les honneurs d'une clientèle en quête d'authenticité, d'honnêteté et de qualité. 

 

Sans aller jusqu'à là, on note d'une manière générale une belle avancée collaborative, sans doute accentuée par l'engouement vers le statut de micro-entreprise. Il est facile de se lancer, pourtant toutes les démarches, relatives à la gestion d'une entreprise, peuvent vite devenir complexes pour les plus néophytes et les moins débrouillards. Le statut étant par essence solitaire, beaucoup manquent de soutien, et on ne peut pas dire que les services de l'état soient efficaces dans ce domaine. 

 

C'est ainsi que les groupes d'entraide se multiplient sur Facebook, tandis que les entrepreneurs se regroupent via les hashtags Instagram. De nombreux articles de blog et de belles photos, véhiculent de précieux conseils ! Attention en revanche, car trop souvent, ils ne sont qu'un appât, pour vendre une formation… L'offre pullule sur le Web, c'est un autre sujet, auquel j'accorderais sans doute un article prochainement. 

Entraide

 

​Les femmes mènent incontestablement la tête de la concurrence positive. Et plus particulièrement les mamans et entrepreneures, regroupées sous le #mampreneur (ou quelques autres). Véritable communauté, véhiculant des valeurs positives d'entraide et d'échange. Faisant route commune pour mener de front leurs vies de femmes, de mères et de chefs d'entreprise. Fières de leurs parcours et menant le combat seules, souvent à domicile, face aux préjugés et aux "qu'en dira t-on" ! 

 

Je suis l'une d'entre elles et croyez moi, même si l'entraide n'est souvent que psychologique, elle a toute son importance ! Trouver une autre graphiste, qui a mes débuts m’a renseigné, donné des techniques et parlé librement de ses tarifs, fut appréciable ! Certes, nous n'étions pas en concurrence géographique directe, mais avec le télétravail… 

 

Je suis obligée de faire un petit clin d'œil à ma deuxième activité de rédactrice Web, avec un groupe Facebook qui à porté mes débuts (et pas que, j’y suis encore !). Rassurant le moindre de mes doutes, répondant à mes questions et utilisant même mes services de graphiste, puisque j'ai eu l'honneur de créer plusieurs logos de rédacteurs Web ! 

 

J'aime cette concurrence cordiale, dans le respect mutuel du travail de chacun. Cette attitude est bénéfique à l'entrepreneur qui ne se sent ni seul, ni stressé par une concurrence pesante, voire déloyale. 

 

Il est important de savoir écouter les conseils de ses semblables. Les professionnels installés depuis plus longtemps que vous, ont forcément rencontré les mêmes obstacles, et se sont posés les mêmes questions. S'ils acceptent d'échanger avec vous, c'est qu'ils sont enclins au partage. Serrez au plus vite cette main tendue, si vous faites le même métier ça peut être le début d'une belle collaboration. Si le secteur d'activité diffère, cette connaissance pourra facilement vous recommander à son entourage… Et vice-versa ! 

 

Vous comprenez ou vous mènent ces échanges constructifs ? Vers la construction de votre réseau, maillage subtil constitué de proches, de collègues, et même d'inconnus qui ont seulement entendu parlé de vous. Votre réseau est vecteur de projet et donc source de revenus, entretenez-le et veillez à l'étendre dans toutes les sphères possibles. Petit à petit, le bouche à oreille fonctionnant, vos clients abonderont tout seuls vers vous… Et le problème de concurrence ne sera qu'un lointain souvenir ! 

Polyvalence ou specialisation

Polyvalence ou spécialisation ?

On entend et lit absolument partout "il faut se spécialiser, être expert dans un domaine pour réussir"... J'aurais un avis mesuré sur la question, entre bon sens et excès, voyons ensemble quel chemin choisir pour développer son entreprise. 

 

Être polyvalent, sans tout mélanger ! 

Vous créez une entreprise, dans un domaine d'activité. Si certains secteurs sont transversaux et peuvent se compléter, une trop grande différence d'activité peut-être réellement rédhibitoire pour vos futurs clients ! Ainsi, vous ne pouvez pas sérieusement vous présenter comme secrétaire et couturière, ou encore peintre et pâtissier ! Comment pourriez-vous cibler correctement une clientèle dans ces conditions… Nous le verrons un peu plus loin dans cet article, définir son persona est primordial, hors il y a vraiment peu de chance de trouver suffisamment de clients, prêts à vous faire confiance en sautant à ce point du coq à l'âne. 

La polyvalence se conçoit, lorsqu'elle se pratique sur un ensemble de métiers connectés, comme dans le secteur de la communication. Ainsi un peintre et décorateur, une coiffeuse et maquilleuse ou une graphiste et rédactrice (ah bah tiens, c'est moi ça !). Les compétences s'imbriquent dans une même thématique, l'une pourra servir l'autre. 

Dans ce cas, la maîtrise polyvalente permet au client de n'avoir qu'un seul interlocuteur, pour un projet global. Dans mon cas, je peux donc créer un site internet, depuis son design jusqu'à l'enrichissement de son contenu régulier. 

PolyvalenceJe pense qu'on peut maîtriser plusieurs domaines et y être efficace. Les détracteurs de la polyvalence prétendent qu'à faire plusieurs choses on est expert dans aucune… Je répondrais à ceux-ci en disant que d'une part, c'est sous-estimer grandement les possibilités humaines. D'autre part, doit-on toujours être expert dans tout ? Sérieusement est-ce que tout le monde a besoin d'un ferronnier d'art pour changer le vieux portail ?, ou d'un meilleur ouvrier de France pour son gâteau d'anniversaire ? 

La culture française s'attache aux diplômes, catégorisant naturellement les travailleurs dans une discipline. Les autodidactes pluridisciplinaires n'ont pas les faveurs… (je devrais peut-être m'exiler !). Pourtant, par le passé, de nombreux artistes se sont illustrés par leur diversité : dessin, peinture, sculpture… et leur polyvalence est aujourd'hui reconnue comme une qualité. Comme quoi, on peut tout se permettre une fois la notoriété acquise (y compris post mortem).

Attention, être polyvalent, c'est aussi être conscient de ses possibilités. Multifacettes ne veut pas dire bricoler un peu de tout… Vous devez avoir un minimum de compétences pour répondre correctement aux attentes de vos futurs clients. Anticipez vos limites, un client acceptera parfaitement que vous ne soyez pas expert, à condition que votre travail soit à la hauteur de ses besoins à lui (et rien qu'à lui). En revanche, si votre pluriactivité est un frein à la qualité de votre travail, alors il faut renoncer, ou s'attendre à de mauvais avis clients, ruinant au passage votre réputation professionnelle.

Certains métiers sont en perpétuelle mutation, c'est le cas de la communication Print et Web. Les tendances, les codes, et même l'aspect technique : l'impression ou les supports de lecture, évoluent très rapidement. Les experts d'hier sont aujourd'hui dépassés (où se sont formés aux nouvelles technologies). Ceux d'aujourd'hui seront bien différents demain… Bref, l'important c'est d'être efficace au bon moment, pour la bonne personne

Lire la suite

Recherche un travail de qualite a bon prix

Recherche un travail de qualité à bon prix… 

De nos jours, tout le monde veut le meilleur, en payant le moins possible. C'est la société de consommation qui veut ça, la valeur du travail peine à être reconnue. Dans tous les domaines, les prix oscillent du dérisoire à l'exorbitant, et la qualité n'est pas toujours proportionnelle au tarif… Dans ces conditions, difficile de faire le tri et d'obtenir ce qu'on veut à un tarif juste. 

 

Un professionnel pas cher, c'est possible ? 


Tout dépend ce que l'on entend par "pas cher"... Ce terme est parfaitement subjectif, en fonction du niveau social, mais aussi à la connaissance du secteur de recherche. Par exemple, celui qui ne s'y connaît absolument pas en développement web peut penser, alléché par les nombreuses publicités, que créer un bon site internet est facile et gratuit. C'est un exemple parmi tant d'autres, cette réflexion vaut pour quasiment tous les domaines d'activités. 

Il n'y a pas de secret, une production efficace et de qualité demande du temps et du savoir faire. C’est le travail pur du créatif, mais l'entrepreneur a aussi des charges incompressibles. Liées au bon fonctionnement de sa société, mais aussi à son mode de vie. Le temps d'exécution peut varier d'un professionnel à l'autre, de même que les sommes allouées à la formation, la protection sociale, ou encore les prétentions salariales. Tout cela à une incidence sur le devis final, proposé au client. 


Un graphiste avec 20 ans d'expérience, met 1 journée à travailler un projet, parce qu'il en maîtrise parfaitement les process. Pour la même chose, un débutant aura sans doute besoin de 2 ou 3 jours (ce ne sera pas pour autant moins bon). Le pro senior lui, gagne en temps, mais justifie son tarif en terme d'expérience. Sa connaissance, sa valeur personnelle dans le secteur d’activité, sa renommée, les clients pour lesquels il a déjà œuvré font monter la facture. C’est un peu comme quand vous achetez des baskets Nike plutôt que Quechua...

Le terme de “pas cher” ne permet donc pas vraiment de parler d’un montant précis. Pour une multinationale, un logo à 300 euros ne serait vraiment pas cher alors que pour un jeune entrepreneur, c’est déjà un coût. Parlons donc plutôt de prix juste, parce que c’est bien le rapport équitable entre le client et le professionnel qui devrait s’opérer, c’est en tout cas ma façon de voir les choses. Parce que tout le monde n’a pas non plus besoin d’un Philippe ​Starck pour son design, et qu’avec des baskets Quechua, on court aussi vite qu’avec des Nike !! (pourvu qu'on est la forme...)

Qualite prix​​

La qualité du travail est tout aussi subjective…

En création, la qualité d’un travail réside en grande partie par le rendu visuel, pour le client, pour la cible et pour l’ensemble des observateurs. Mais là encore, il n’y a pas d’universalité, comme on dit “Les goûts et les couleurs, ça ne se discute pas” ! Bien sûr, un logo doit représenter l’identité de l’entreprise, une affiche doit véhiculer esthétiquement l’information, une carte de visite être mise en pages correctement … Mais en dehors de ces détails techniques (qui eux-mêmes sont discutables), c’est bien la perception intime de chacun qui détermine la réception d’un projet. 

Avez-vous remarqué que dans un même métier, les gens ne sont pas d’accord ? En me baladant sur la toile, j’ai récemment lu un graphiste senior et un directeur artistique, en pleine altercation écrite au sujet d’une création. Chacun défendait son point de vu,e avec des arguments radicalement opposés… De la même façon, les récentes refontes de nombreux logo célèbres, comme par exemple celui des Galeries Lafayette, à fait débat chez les professionnels. De grandes agences expertes se cachent pourtant derrière ses réalisations… Ça donne à réfléchir n’est ce pas ?

Le postulat du créatif peut varier, dans l'art tout est permis. On peut casser les codes, choisir le contre-courant, le décalage interpelle toujours, il plaît ou non mais il suscite l'intérêt. Mais dites-moi ne serait-ce pas ce qu'on recherche en communication ? 

Dans mon travail, je prône la singularité, suivre la mode et les pensées généralistes, c’est à coup sûr se perdre dans la masse. La communication visuelle est omniprésente autour de nous, il faut innover pour attirer l’œil du passant, le pousser à la réflexion, voire à l’action !

En d’autres termes et pour en revenir à notre sujet, la qualité d’un travail est celle qui vous convient,  tout en servant l’ensemble de vos besoins, en terme d’utilisation et de cible clientèle. En rapport à votre budget personnel, vous pouvez tout à fait obtenir un visuel de qualité, sans y passer tout votre PEL ! L’identité de votre entreprise est intimement liée avec son développement, les deux doivent être efficace et c’est ensemble qu’ils atteindront les sommets ! Les logos mondialement connus, le sont à travers le succès de l’entreprise et non pas l’inverse, ne nous voilons pas la face. 

Vous devez être en harmonie avec votre créatif, pour établir ensemble LE projet idéal à VOTRE communication ! Et cette alchimie, ne sera pas liée au prix...


Qu’il n’y ai pas de méprise, je ne parle pas non plus de créations à 5 €, disponibles sur certaines plateformes. J'évoque ce phénomène sur mon site, et du problème que cela pose, notamment pour un logo. Juger du rapport qualité/prix d’un projet, nécessite tout de même un peu de bon sens. Rappelez-vous, j’ai parlé de justesse de l’échange entrepreneur/client. Ceux qui profitent sciemment du travail des autres ne méritent pas qu'on en parle, je m’épargnerais donc de perdre du temps, à dire ce que j’en pense ! De la même façon, si le créatif est prêt à vendre à ce prix, demandez vous peut être pourquoi ? Et ce que vous pouvez en attendre ? Inversez les rôles mentalement et posez-vous la question, serais-je prêt à travailler pour cette somme ? Et que pourrais-je produire pour ce prix… ?

Cet article vous renseigne en même temps sur ma façon de travailler. Collaboration et respect mutuel, tant au niveau du tarif que de la qualité. La satisfaction client est ma priorité ! Si vous partagez ces valeurs, et que vous avez besoin de supports de communication, je vous invite à me contacter pour échanger sur votre projet ! Bien sûr, vous pouvez aussi parcourir les autres articles de ce blog. 

Clic et creation en quelques mots

Clic et Création en quelques mots… 

D'aussi loin que je me rappelle, j'ai toujours été extrêmement créative ! Toujours à dessiner, façonner, construire, décorer… 

J'ai très tôt, eu le goût de l'écriture, mais aussi de l'ornement et de la mise en page. C'est ainsi que je bricolais, des cartes ou des menus, pour les différents événements de famille.

Mon premier ordinateur fut une vraie révélation, j'ai transféré ma créativité sur ce nouveau support. M'entrainant à la moindre occasion, perfectionnant mes présentations sur différents logiciels. Quelques années plus tard, je fais l'acquisition de mon premier Photoshop… Pendant ce temps internet, se dote de l'ADSL (et oui, j'ai connu le 56 k !), et me voilà à l'assaut du Web et de ses méandres. Creativite

À cette époque, j'ai un BAC L en poche et je sors d'un DEUG Arts du spectacle, le côté artistique ne m'a jamais quitté. Je n'envisage cependant pas une seconde d'en faire mon métier. Le secteur du graphisme n'est pas aussi développé qu'aujourd'hui, les formations encore moins. Papeterie mariage

Il est de toute façon temps pour moi, d'entrer dans la vie active. Je fonde ma petite famille (3 enfants) au beau milieu de la campagne. J'entame une longue carrière d'assistante maternelle, les enfants sont ma deuxième passion. Je m’épanouie à leur côté et cultive avec eux, mon amour des loisirs créatifs. Comme dans tout, je m'investis à 100 % et obtiens mon CAP petite enfance en VAE. 

Ne croyez pas que le graphisme m'a quitté. Je crée toujours à la moindre occasion, et réalise entièrement les faire-part, pour mon mariage et à la naissance de mes enfants. Je tiens un blog (fermé depuis longtemps), et ai bricolé un premier site pour une association d'aide aux prématurés. 

Quelque temps plus tard, ma soeur se lance en temps que wedding planner. Sollicitée pour ce projet, je mets en page l'ensemble des brochures, et interviens sur la papeterie de mariage à de nombreuses reprises. Vient l'heure de créer le site, je passe des heures à former l'autodidacte que je suis. Html, CSS, balises… Il faut un site à la hauteur d'une entreprise, ce sera chose faite ! 

Lfdo logo vecto 2019Je renouvelle l'expérience avec un club de tir à l'arc. Logo, affiches, flyers et site internet sont au programme de cette nouvelle mission ! Je commence à me dire sérieusement, que d'une part, le bénévolat ça va bien cinq minutes… D'autre part, j'ai pris un tel goût pour tout ça, que je ne veux pas m'arrêter ! 

Consciente de devoir consolider mes acquis pour être professionnelle, j'entame une formation graphiste/maquettiste. J'obtiens ma certification haut la main (19,23 de moyenne !), ce qui me conforte… J'ai le niveau, les profs apprécient mon travail et me félicitent. 

C'est officiellement parti, j'ouvre la micro-entreprise quelques mois plus tard et signe mes premiers contrats… je découvre dans la foulée la rédaction Web. Moi qui ai toujours adoré écrire,  je projetais même il y a longtemps d'éditer un livre pour enfant ! Le virus me pique, c'est le complément parfait à mes activités de graphiste. 

Certains diront qu'il faut à tout prix se spécialiser, plutôt que de couvrir plusieurs domaines. C'est très français comme remarque d'ailleurs. Je suis contre et j'explique pourquoi dans un autre article, je vous le conseille ... J'ai toujours été pluridisciplinaire, c'est pour moi un immense avantage. Je veux travailler sur divers projets, apporter mon expérience dans différents secteurs. L'humain n'est pas configuré, pour ne faire bien, qu'une seule chose à la fois ! (du moins pas moi). 

Voilà comment j'en suis arrivée là, quelques logos, sites et textes plus tard, je savoure cette nouvelle activité. J'aurais dû y venir plus tôt, qu'importe, les détours de la vie ne sont qu'une expérience supplémentaire. 

J'accorde une importance particulière à l'entraide. Je m'attache à proposer aux jeunes entrepreneurs et aux associations, des formules budgétaires accessibles. Chacun doit pouvoir s'offrir un design de qualité, proportionnellement à son projet… Ca veut dire que non, je ne travaillerais pas un logo pour rien ou 3x rien, alors que votre entreprise est déjà pérenne, et va générer des profits massifs à l'aide de cette nouvelle image ! La générosité induit le partage pas l'esclavage, la nuance est à saisir. Quoi qu'il en soit si vous êtes dans ce cas de figure contactez moi et discutons ensemble de vos besoins !

Jeux video

Petit détail de ma personnalité, je suis une fan de jeux vidéo, Assassin's Creed, Fortnite et autres merveilles du divertissement ! J’adore travailler pour cet univers, et pour ceux qui gravitent autour : youtuber, logo esport, affiches de tournois…

Maintenant que vous me connaissez mieux, pourquoi ne pas travailler ensemble ?

Delphine Toulain Branger